Bien-être, Lifestyle

Pourquoi et comment j’ai décidé d’arrêter la pilule

Its-Just-Elo-Arrêt-pilule-sterilet-2

Hola par ici ! Comment allez-vous ? Je prends le clavier aujourd’hui pour vous parler d’un gros changement que j’ai opéré en ce début d’année : j’ai arrêté la pilule.

Pourquoi j’ai décidé d’arrêter la pilule ?

Cela fait plusieurs années (2-3 ans, je dirais), que ça me trotte dans la tête. Je pense qu’avant ça, je ne me posais pas vraiment de question sur ma contraception : pour moi, la pilule, c’était très fiable, indolore, facile à prendre, gratuit…Allez, hop, ça va bien comme ça.

Sauf que j’ai commencé à voir fleurir des réflexions sur le sujet sur les blogs et les réseaux sociaux, des partages d’expérience de filles qui expliquaient pourquoi la pilule, ce n’était pas si anodin pour le corps et les raisons qui les avaient poussées à opter pour un autre moyen de contraception.

L’une des vidéos qui m’a fait réfléchir sur le sujet 🙂

Par ailleurs, je me suis de plus en plus intéressée aux médecines naturelles, à la naturopathie et clairement, la pilule n’est pas forcément bien vue. Lorsque l’on réalise des études de cas ou des clinicats à l’école de naturo et qu’une consultante prend la pilule, c’est clairement quelque chose que l’on classe dans les éléments qui altèrent sa santé.

Quelles ont donc été mes raisons pour arrêter la pilule ?

Tout d’abord, la pilule n’est pas si anodine pour l’organisme, puisqu’elle vient perturber notre système endocrinien. Et oui, c’est son rôle ! Cela lui permet d’éviter que nous tombions enceinte. En réalisant cela, je me suis dit : je m’embête à éviter les perturbateurs endocriniens dans mes cosmétiques et mon alimentation, mais je prends tous les jours une petite pilule qui justement, vient perturber mes hormones ! C’est un peu idiot, non ?

Ensuite, j’avais envie de retrouver mon “vrai” corps. Quand on est sous pilule, c’est ce petit comprimé qui régit notre système hormonal. On a des cycles très réguliers, réglés comme du papier à musique, c’est très bien mais ce n’est pas “nous”. C’est assez difficile à expliquer, mais j’avais envie de me (attention, formulation que l’on retrouve partout en ce moment) “reconnecter” à mon corps. Je le vois comme une manière de le respecter, de me respecter. Je pense que forcer la mécanique du corps n’est plus forcément une bonne chose, surtout que je peux me passer d’hormones, n’ayant pas de gros soucis d’acné, par exemple. Je veux que les hormones qui circulent dans mon organisme soient les “miennes”.

Enfin, si la pilule m’a permis d’avoir des cycles très réguliers et quasi indolores, j’ai eu également des effets secondaires moins rigolos (bien que pas très graves) : j’ai pris 5 kilos très rapidement après la première prise (que je n’ai jamais perdus depuis), un syndrome pré-menstruel plus imposant qu’avant dirons-nous et enfin, j’ai expérimenté une baisse significative de libido (en même temps, c’est normal puisque, tenez-vous bien, l’une des molécules utilisées est celle que l’on retrouve dans les traitements de castration chimique des délinquants sexuels).

Et dernière chose, mais non des moindres, j’en avais marre de cette charge mentale liée à la prise de la pilule et de cette question qui revenait tous les jours : “est-ce que j’ai bien pris ma pilule ?”. Sans oublier le coup de flip qui survenait en cas d’oubli (ce qui arrivait plus fréquemment sur la fin, d’ailleurs). Quelle libération de ne plus avoir à penser à ça au quotidien !

Voilà pourquoi, après 12 ans de prise de pilule (de 20 à 32 ans), j’ai décidé d’arrêter.

Oui mais après ?

Après m’être renseignée sur le sujet, j’ai opté pour un autre moyen de contraception : le stérilet non hormonal, ou Dispositif Intra Utérin (DIU). Le stérilet est aussi efficace que la pilule (non oubliée) et, une fois posé, vous êtes tranquille pour 5 ans, sans que cela ne perturbe trop votre organisme.

Cela dit, comme je savais que la pose pouvait être douloureuse, je voulais vraiment me sentir en confiance avec le médecin qui la réaliserait. J’avais une gynécologue plutôt pas trop mal, mais comme elle travaille dans un gros centre de gynécologie lyonnais, clairement, c’est l’usine et ses consultations sont toujours froides et expéditives. Donc bon, pas terrible pour se sentir bien et détendue…

Je me suis donc mise en quête d’un autre praticien, qui serait respectueux envers ses patientes, en utilisant un site sensé recenser les docteurs “gentils”…mais je ne vous recommande pas ce site (que je ne souhaite même pas mentionner) car ce fut un échec cuisant. Tout d’abord, il a insidieusement tenté de me dissuader de poser un stérilet, en m’assénant des chiffres absolument faux sur la prétendue inefficacité du DIU et en cessant de me répéter que la pilule était la contraception la plus fiable. Ensuite, il m’a expliqué que la pose d’un stérilet était très très douloureuse et que 2 de ses patientes du jour à qui il en avait posé un étaient tombées dans les pommes (sur 4 poses dans la journée, soit 50% de malaises). Enfin, lors de l’examen de routine pour vérifier que la pose serait possible, il a réussi à me faire mal…et lorsque je lui ai signalé, il m’a répondu, sans me regarder “oui, c’est normal, Madame”. Euh, non, ce n’est pas normal d’avoir mal lors d’un examen gynécologique. J’ai donc quitté son cabinet avec l’intime conviction que ce docteur ne me verrait plus jamais.

Ce fut donc un retour à la case départ…Heureusement, une amie m’a recommandé une sage-femme, que je suis allée consulter ensuite et avec laquelle ça s’est bien mieux passé ! Très respectueuse, elle ne m’a pas fait mal durant l’examen de routine et m’a même demandé l’autorisation de m’examiner. Elle m’a rassurée sur l’efficacité du stérilet, a répondu à toutes mes interrogations et j’ai donc pris rendez-vous pour la pose quelques semaines plus tard.

Comment s’est passée la pose de mon stérilet ?

Tout d’abord, sachez que la pose d’un stérilet se réalise durant les règles. La pose en elle-même est un peu douloureuse, je ne vais pas vous le cacher, mais la douleur ne dure pas bien longtemps. Mon ventre était gonflé après la pose, ainsi que le lendemain (la bouillotte a été ma meilleure amie !). Côté douleur, rien d’insurmontable, cela m’a rappelé les douleurs de règles que je pouvais éprouver lorsque j’étais adolescente.

Et maintenant ? Et bien, quasiment une semaine après la pose, tout va bien ! Je n’ai plus mal du tout et je ne sens pas le stérilet. Je vais passer une échographie dans les prochains jours, pour vérifier qu’il est bien en place. Ensuite, je pense que je vais retrouver mes cycles d’avant pilule, qui seront sûrement un peu plus douloureux (mais je n’avais jamais très très mal lorsque j’étais adolescente), avec des règles plus abondantes et sûrement plus longues (elle duraient 5 jours avant la prise de la pilule, contre seulement 3 jours avec la pilule). Mais je ne pense pas que je regretterai mon choix ! Je vais juste aviser pour la cup car je vous avoue que je flippe un peu d’enlever mon stérilet avec… Même si normalement, en faisant attention, ça devrait aller. Et sinon, ce sera une excuse pour passer totalement aux culottes de règles, qui sont juste, je pense, la meilleure protection au monde ! Honnêtement, j’ai hâte de retrouver MON cycle 🙂

Mon article : Des règles plus naturelles

Je vous glisse ici une vidéo qui dit quasi tout sur le DIU (hormonal et non-hormonal) 🙂

Voilà les filles, j’espère que ce long article concernant mon arrêt de la pilule vous aura intéressées 🙂 J’ai essayé de partager mon expérience de la manière la plus honnête possible, ainsi que quelques infos que j’aurais aimées avoir. Je ne me suis pas étendue sur le côté médical concernant la pilule et le stérilet car je ne suis pas médecin et je pense que vous trouverez toutes les infos sur le Net. Et, encore une fois, je ne voulais pas non plus biaiser le récit de mon cheminement et de mon expérience 🙂 Si vous le souhaitez, je pourrais vous faire un retour d’expérience dans quelques mois, vous expliquant comment mon corps a réagi ?

Sur ce, je vous fais des bisous et n’hésitez pas à partager vos questions et vos expériences à vous en commentaires 🙂

Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest !

Arrêt pilule - Epingle Pinterest

2 pensées sur “Pourquoi et comment j’ai décidé d’arrêter la pilule”

  1. Oriane dit :

    Merci pour cet article. Je suis moi-même en réflexion contraception après ma grossesse. J’ai bien vu un net ’effet arrêt de pilule (que je ne supportais plus très bien après 12 ans de prise) et je ne veux pas y retourner. Je pensais passer au stérilet et ton article me conforte dans mon choix.

    1. Elo dit :

      Oh je suis ravie si mon article ait pu t’être utile ! 🙂 C’est vrai que si c’est vraiment important de choisir LA contraception qui nous convient 🙂 Si le stérilet semble être la solution pour toi, n’hésite pas 🙂 Bonne soirée à toi et merci pour ton petit mot !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *